Stray : Notre Avis Sur L'un Des Meilleurs Jeux De 2022 - RGS

Stray : Notre avis sur l’un des meilleurs jeux de 2022

Disponible sur : Playstation, PC
Testé sur : Playstation 5
Développé par : BlueTwelve
Edité par : AnnaPurna Games

Avant de nous lancer dans cette review comme un chat se jette sur vos pauvres orteils sans méfiance, je pense qu’il serait bon de parler de l’inspiration de Stray. Les cofondateurs du petit développeur français BlueTwelve Studio ont sauvé un chat errant qu’ils ont appelé Murtaugh, plus connu sous le nom de « The Boss » au bureau. C’est ce chat tigré orange qui a fourni une grande partie de l’inspiration pour la star sans nom de Stray. Par ailleurs, un chat Sphynx nommé Oscar a été le modèle sur lequel BlueTwelve a basé une grande partie de l’animation car sa nature glabre permettait de mieux voir ses mouvements. Pendant ce temps, l’adorable Lala s’est occupée de tous les doublages, livrant une performance d’enfer qui devrait lui valoir un Oscar même si je suis sûr que son manque de relations lui vaudra un refus. Et enfin, il y avait Jun, le chat qui porte le titre très convoité de « chef exécutif, général, président, commandant, directeur » du studio et qui est chargé de s’assurer que tout le monde fait bien son travail.

Rien de tout cela n’est vraiment pertinent pour cet avis sur le jeu Stray mais vous comprenez, l’industrie du jeu vidéo est souvent pleine de titres qui vous donnent envie de soupirer si fort et si fort que vous vous dégonflez en un sac de peau flasque sur une chaise. Il est agréable de se concentrer sur quelque chose de mignon et de réconfortant, et c’est exactement ce qu’est le jeu vidéo Stray. C’est l’équivalent gamer d’un chat qui se frotte à votre jambe et qui s’endort sur vos genoux en ronronnant doucement.

Le chat vedette de Stray est un chat tigré orange sans nom, que je vais appeler Murtaugh pour faciliter les choses. Au début du jeu, le petit Murtaugh se détend avec ses copains chats en attendant que la pluie se calme. Lorsque la pluie se calme, le petit groupe part explorer un monde dépourvu d’humains, un monde qui a subi une sorte de désastre, dont la nature reste mystérieuse. Mais au cours de leur périple, un tuyau métallique se brise sous les pattes de notre petit héros, l’envoyant en chute libre dans les profondeurs d’une immense ville souterraine construite pour que l’humanité puisse survivre à la catastrophe qui a rendu l’extérieur invivable. Aujourd’hui, cependant, l’endroit n’est plus habité que par des robots qui agissent d’une manière très humaine mais qui semblent n’avoir aucune connaissance de ce qui est arrivé aux « mous » qui les ont précédés. Ils portent des vêtements, vivent dans des maisons et vaquent à leurs occupations en se croyant piégés dans les limites de la ville.

En tant que chat, Murtaugh ne peut pas vraiment communiquer avec les nombreux robots qu’il rencontre au cours de son voyage pour retrouver sa famille. Mais il rencontre vite un petit compagnon du nom de B-12 qui a perdu la mémoire. Comme Murtaugh, il veut aussi explorer la surface et il peut communiquer avec les autres robots qu’ils rencontrent. B-12 se glisse dans une adorable petite veste faite pour Murtaugh. Le duo part pour sa quête qui durera environ 4 à 6 heures dans un jeu d’aventure linéaire avec des plateformes simples et la résolution de puzzles.

En tant que simulateur de chat, Stray coche à peu près toutes les cases avant de les pousser hors de la table et de les faire tomber par terre. Il y a un bouton dédié aux miaulements, un outil utile pour attirer les Zurks mais il est surtout là pour être utilisé. Les développeurs étaient clairement conscients de ce fait car il y a même un trophée lorsque vous miaulez sans arrêt. Il y a aussi beaucoup d’endroits où vous pouvez vous blottir et faire une sieste rapide ou gratter un tapis/coussin/mur. Vous pouvez aussi sauter sur des étagères et faire tomber tout ce qui s’y trouve. Nous avons vraiment atteint le summum du jeu et il y aura un tas de moments qui rendront les amoureux des chats fous de joie devant tant de gentillesse. Pourtant, malgré le respect évident pour les comportements félins que l’on connait bien, il n’y a pas de bouton pour cracher des boules de poils sur commande.

stray ps5

BlueTwelve souscrit à l’idée que les chats sont des êtres infaillibles lorsqu’il s’agit de grimper et de sauter, malgré les milliers de vidéos qui démontrent le contraire et qui montrent que les chats sont parfaitement capables de se cogner contre un mur comme de gros benêts. Dans le jeu, aucune compétence n’est requise pour grimper à des hauteurs impossibles à atteindre ou pour sauter d’un point à l’autre : il suffit de regarder où l’on veut aller, de toucher X et le chat s’occupe du reste, sautant avec agilité comme si la gravité était occupée à faire autre chose. Si vous maintenez le bouton enfoncé, vous pouvez enchaîner les sauts, les bonds et les escalades pour naviguer en douceur dans le monde comme seul un chat peut le faire. C’est un peu comme les systèmes que l’on trouve dans les nouveaux titres de Tomb Raider sauf que ce n’est pas aussi automatisé puisque vous devez regarder autour de vous pour trouver le prochain point de traversée. Cela vous permet de vous déplacer avec la confiance innée d’un félin et c’est logique d’un point de vue thématique. Après tout, à quelle vitesse l’immersion serait-elle brisée en regardant un chat rater un saut pour la dixième fois ?

L’accent est mis sur l’exploration du monde et la découverte d’itinéraires plutôt que de se préoccuper de savoir si l’on peut ou non franchir un obstacle. Bien que Stray soit un jeu linéaire, il y a aussi plusieurs villes pivots où la carte s’ouvre et vous permet d’explorer les rues, les toits et les bâtiments sans vous soucier du monde, sans mini-cartes ou marqueurs à l’écran qui vous poussent vers les objectifs interdépendants nécessaires pour faire avancer l’histoire. La vue en œil de chat offre une perspective différente de celles que l’on voit habituellement et BlueTwelve l’a utilisé à son avantage, apportant une abondance de détails des points les plus bas aux plus hauts. Où que vous regardiez, il semble y avoir quelque chose qui ajoute à l’histoire du monde, des décorations dans la maison d’un robot aux graffitis sur les murs. Il y a aussi une bonne dose de variété car à mesure que vous vous élevez vers le sommet de la ville, l’environnement devient plus agréable, vous donnant un aperçu d’un système de classes évident à l’œuvre. Vous commencez dans les taudis sombres définis par le sable puis vous découvrez un charmant petit groupe vivant autour d’un énorme silo où la faune a réussi à s’installer, et enfin vous explorez une plus grande ville remplie de néons.

Il est étonnant de constater à quel point un chat est bien adapté pour être un protagoniste de jeu vidéo. Ce sont des créatures agiles et curieuses, et le fait que l’on puisse se faufiler dans des interstices est très cool. Jouer à Stray m’a fait réfléchir au peu de place que les développeurs accordent aux différentes formes et espèces dans leurs jeux. BlueTwelve essaie de maximiser son choix de protagoniste félin, et j’espère que d’autres jeux feront de même. On pourrait même avoir une suite basée avec un chien comme protagoniste principal.

Une grande partie de Stray consiste à se détendre en tant que chat, à observer le monde et à réfléchir à l’idée que s’il y avait un bouton pour pulvériser des trucs, vous auriez déjà court-circuité tous les robots du jeu. Mais il y a un certain danger à trouver dans Stray sous deux formes. La première est celle des Zurk, d’étranges blobs créés à l’origine pour manger les ordures qui s’accumulent rapidement dans une ville fermée, avant de se mettre à dévorer des humains, puis d’évoluer pour se nourrir également de métal. Lorsque vous rencontrerez ces étranges petites bêtes qui ressemblent fortement aux Headcrabs d’Half-Life, ce sera dans l’un des deux scénarios suivants : une course-poursuite, ou une énigme légère où vous devrez les éviter ou les rassembler de manière astucieuse. Vous pouvez par exemple les attirer dans un endroit où ils peuvent être contenus ou les faire sortir du chemin assez longtemps pour que vous puissiez sauter par-dessus un mur d’un coup de queue hautain.

Les séquences de poursuite sont beaucoup moins agréables et sont plus brutales. Alors que la route à suivre est bien indiquée, les petits Zurks se jettent sur vous comme un cochon d’Inde suicidaire qui vient de repérer un mixeur alimentaire bien pratique. Vous pouvez zigzaguer pour éviter cela, mais la plupart du temps, vous vous ferez empiler dessus au hasard, même si vous n’avez pas mis une seule patte de travers. Je n’en suis mort qu’une seule fois, mais c’était une expérience déconcertante car je n’arrivais pas à comprendre où je m’étais trompé. Après avoir rejoué plusieurs fois les différentes sections de poursuite, je ne peux que supposer que parfois on n’a pas de chance. C’est un tout petit défaut, cependant, et il n’affectera pas votre session de jeu.

Le seul autre moment où vous êtes vraiment en danger est pendant l’une des petites sections qui apparaissent plus tard où vous devez esquiver des drones Sentinel en patrouille. C’est le seul moment du jeu où j’ai rencontré un comportement bizarre, peut-être parce que ce sont les seules zones qui présentent une IA un peu plus complexe. Plusieurs fois, j’ai été repéré et j’ai dû me mettre à l’abri pour me retrouver acculé, mais le drone se contentait de flotter vers l’avant et de fixer un mur pendant une minute ou deux, sans se soucier de ma forme recroquevillée.

Si vous n’êtes pas en train d’explorer ou de fuir pour sauver votre vie, vous serez en train de résoudre des énigmes assez basiques qui sont limitées par le fait que vous n’êtes qu’un chat. Il peut s’agir de trouver le code d’un coffre, de faire rouler un tonneau pour atteindre un point plus élevé ou de trouver comment contourner un drone. C’est un aspect de Stray que j’aurais aimé que BlueTwelve exploite davantage. Renverser des livres pour révéler un coffre-fort ou effrayer un robot pour qu’il laisse tomber de la peinture, c’est bien, mais la plupart de ces activités sont oubliables. Peut-être que le fait d’impliquer B12 dans les énigmes aurait aidé, tout comme le fait de jouer sur la taille et la vitesse de Murtaugh. Quelques idées antérieures, comme pousser un pot de peinture pour casser une fenêtre ou trouver un objet pour bloquer un ventilateur, sont également abandonnées alors qu’elles auraient pu être intégrées à des énigmes plus complexes. Cependant, je pense que BlueTwelve a probablement voulu que l’expérience entière reste légère et facile.

avis stray

À aucun moment, Stray n’est un défi. Il se contente de vous faire avancer, de vous faire profiter d’un monde magnifique et d’un gameplay simple tout en vous faisant vivre de temps en temps des moments de tension. C’est l’esprit du jeu dans son ensemble, vraiment : engageant, simple et agréable. Vous ne pouvez pas prétendre que Stray est un jeu aux mécaniques profondes. Certaines personnes pourraient le regarder et se dire qu’il s’agit d’un jeu de 4 heures où l’on se promène en tant que chat et où l’on résout des puzzles et des plates-formes de base. Ils n’auraient pas tort. Mais tout comme un chat, Stray est un ensemble élégant qui a confiance en ce qu’il est et en ce qu’il essaie de faire.

À travers tout cela, Stray tisse en douceur son histoire. De nouveaux robots intéressants sont rencontrés et aidés, de nouveaux lieux sont visités et quelques moments délicats tirent sur la corde sensible, bien que je ne pense pas que ce soit un spoiler de dire que Stray se termine sur une note heureuse. Tous les dialogues sont assez courts et simples et souffrent parfois du fait que Murtaugh ne comprend pas bien ce qui est dit ou ce qui se passe. Les visages numérisés des robots et de B12 font de leur mieux pour transmettre les réactions mais Murtaugh souhaite juste trouver un endroit où faire une bonne sieste. L’écriture proprement dite est donc assez simple, mais BlueTwelve parvient à transmettre l’histoire par d’autres moyens. Les robots eux-mêmes laissent échapper de petits indices sur l’histoire du monde et leur culture au sens large et l’environnement relaie de nombreux détails qui aident à compléter le tableau d’ensemble. Pourtant, de nombreuses questions restent sans réponse, laissant au joueur le soin de décider des détails exacts de ce qui s’est passé. Je serai curieux de lire les forums et de voir quelles conclusions les gens tirent et si des détectives dévoués parviennent à déterrer des indices importants. Mais si l’on met de côté les grandes questions sur ce qui est arrivé aux humains et comment les robots sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui, Stray est l’histoire charmante d’un chat qui essaie de retrouver sa famille, d’un drone qui redécouvre qui il était et d’une société de robots dont le monde entier est bouleversé par l’arrivée d’un petit félin sympathique.

Au lieu d’être un monde post-apocalyptique typique et plein de pessimisme, Stray est plein d’espoir, une lumière au bout du tunnel. Oui, l’humanité a disparu, mais le monde est redevenu sûr et les robots qui ont survécu sont de dignes successeurs.

Jouer à Stray, c’est un peu comme si le plus doux des chats venait demander des câlins. C’est chaleureux, réconfortant et relaxant. La décision d’avoir un félin comme personnage a été un choix inspiré car il ajoute beaucoup à l’expérience, de la perspective inférieure à l’agilité naturelle qui vient de ses quatre pattes élastiques et de son petit gabarit qui peut se faufiler dans les petits espaces. Il ne fait aucun doute que les amoureux des chats seront ceux qui profiteront le plus de Stray, et qu’ils pourront même avoir les larmes aux yeux lors des moments les plus doux ou les plus tristes. Mais je pense que même les gens comme moi, qui souhaiteraient peut-être qu’il y ait un bouton d’aboiement au lieu d’un bouton de miaulement, aimeront l’aventure que BlueTwelve a créée.

Laisser un commentaire